Comment aider les enfants ayant un comportement de refus de l’école

Le refus de l’école est le résultat d’une détresse émotionnelle et d’une anxiété qui peuvent être liées à une série de problèmes à la maison, à l’école ou aux deux. Une étude récente révèle qu’un enfant français sur cinq souffre de phobie ou de refus de l’école et que ce phénomène est plus fréquent chez les enfants âgés de 5-6 ans et de 10-11 ans.

L’étude a également révélé que de nombreux parents n’étaient pas au courant de cette situation et que ceux qui étaient au courant manquaient cruellement d’informations.

Le refus d’aller à l’école peut entraîner toute une série de problèmes physiques et de symptômes pour l’enfant ou le jeune :

  • des maux d’estomac
  • des vomissements
  • des maux de tête
  • tremblements
  • douleurs articulaires

D’un point de vue comportemental, les symptômes se manifestent par des crises de colère, des menaces d’automutilation, des pleurs ou des accès de colère. Ces symptômes sont susceptibles de s’atténuer lorsque l’enfant se sent en sécurité, généralement dans son environnement familial et/ou lorsqu’il est autorisé à rester à la maison.

Le refus d’aller à l’école peut être déclenché par un certain nombre de raisons. Les enfants de tout âge peuvent refuser d’aller à l’école par crainte de perdre leur dernier parent (ou la principale personne qui s’occupe d’eux). Leurs parents peuvent s’être séparés ou ils peuvent être un enfant endeuillé et la crainte d’une perte encore plus grande les maintient à la maison, dans un « rôle de protection » et avec une anxiété de séparation.

Outre l’anxiété, d’autres situations liées au stress à la maison, à l’école ou avec les pairs peuvent également être un facteur déclenchant de la phobie scolaire.

D’un point de vue émotionnel, les symptômes du refus de l’école comprennent les attaques de panique, la peur, la dépression et se produisent chez les deux sexes.

L’un de mes fils a changé d’école primaire et la nouvelle école primaire dans laquelle il a déménagé a été un élément déclencheur de son refus de l’école dès le premier jour d’école.

Il était manifestement perturbé émotionnellement par cette école, pleurait et ne voulait pas s’habiller le matin. Il a dit que l’école était trop grande, ce que je n’ai pas compris, mais sa réaction profonde et sa détresse à l’idée d’aller dans cette école étaient plus que suffisantes pour que j’y prête attention. Au bout d’une semaine, il était à nouveau transféré dans une autre école primaire et était manifestement plus heureux, plus brillant et souriant, ce qui a mis fin rapidement à son refus scolaire de courte durée.

Le refus de l’école et toute une série d’autres comportements de la part des enfants et des jeunes sont simplement une forme de communication indiquant que quelque chose ne va pas. Le personnel scolaire et les parents doivent donc examiner de plus près ce qui n’est pas dit. Que vous dit leur comportement ?

Il y a toujours une raison au comportement des enfants et c’est un élément de communication inestimable pour les adultes.

Comment pouvez-vous aider les enfants ayant un comportement de refus scolaire?

Les médecins, les parents, les éducateurs et d’autres professionnels peuvent tous aider un enfant ou un jeune à retourner à l’école, individuellement ou en équipe.

Voici quelques façons d’aider :

  1. Identifier si le comportement relève de la phobie scolaire pour des raisons telles que celles mentionnées ci-dessus ou s’il relève de l’absentéisme scolaire. La distinction entre les deux repose généralement sur la concentration et/ou l’intérêt de l’enfant pour son travail scolaire une fois que son anxiété ou sa peur de l’école et d’autres symptômes connexes se sont apaisés. Autrement dit, comment se comporte-t-il lorsqu’il se sent en sécurité à la maison ? Se concentre-t-il sur son travail scolaire ou fait-il preuve d’un désintérêt total et d’une attitude négative générale envers l’école ? On peut également distinguer l’ampleur de la détresse émotionnelle liée à la fréquentation de l’école de l’indifférence à l’égard de la fréquentation de l’école.
  2. Explorer les meilleures options possibles pour aider l’enfant à réintégrer l’environnement scolaire aussi rapidement que possible, tout en le soutenant. Il peut s’agir de modifier, dans la mesure du possible, les conditions à la maison qui pourraient déclencher le refus de l’école et de mettre en place une approche collaborative entre les parents, le médecin, l’école et le professionnel de la santé mentale/le thérapeute. Comme certains des symptômes présentés sont physiques, il est important d’impliquer les médecins qui peuvent également être en mesure d’orienter le patient vers les thérapeutes appropriés.
  3. La recherche a montré que la thérapie cognitivo-comportementale est particulièrement bénéfique et efficace pour aider les élèves à gérer leur état d’esprit, leur dépression et leur retour à l’école.
  4. L’implication des parents pour améliorer la fréquentation scolaire s’est également avérée utile.
  5. Entreprendre une préparation adéquate à l’école pour que l’élève soit réintégré et soutenu positivement dans l’environnement scolaire normal.
  6. Favoriser la communication permanente entre les parents et l’école, la collaboration et le soutien conjoint de l’enfant.
  7. Remettre l’enfant en contact avec l’environnement scolaire de façon progressive, planifiée, et assistée.
  8. Utiliser des remèdes de relaxation, y compris la visualisation.
  9. Valoriser de façon positive son comportement lié à l’environnement scolaire et à son assiduité.

Avez-vous des élèves qui refusent d’aller à l’école ?

Lesquelles des stratégies ci-dessus fonctionneraient pour eux ?

Quelles sont les stratégies que vous devez encore essayer ou tester ?