Six conseils pour la rentrée des classes que chaque parent devrait connaître

C’est le mois d’août et c’est la rentrée !

Pouvez-vous le croire ? Il est temps de se lancer dans la routine de la « rentrée des classes ». Une fois de plus, nous sommes étonnés de voir à quel point l’été est passé vite. L’automne a dû arriver plus vite que jamais ! Il semble qu’il soit trop tôt pour penser à ce dont les enfants ont besoin et à ce que sera leur vie au cours des dix prochains mois. Prêts ou non, nous nous attelons à la tradition de préparer les enfants pour l’école.

Mais attendez ! Qu’en est-il des parents ?

La rentrée des classes est synonyme de changements pour les adultes aussi. Il ne fait aucun doute que certains parents pousseront un soupir de soulagement en voyant leurs enfants retourner à l’école. D’autres seront tristes de voir la fin du rythme lent de l’été. Quel que soit votre point de vue personnel de parent, la réalité de la rentrée des classes sonne le début d’une « nouvelle année » et apporte des défis pour tous.

Pendant que les adultes et les enfants s’occupent de cette activité annuelle, il pourrait être utile pour les parents de considérer quelques conseils de « retour à l’école » qui peuvent rendre la saison plus facile et plus gaie pour tout le monde.

Premier conseil : prendre en compte l’âge de votre enfant facilite la préparation. (Secret : même les plus grands bénéficient de la prévoyance des parents).

L’expérience de la « rentrée » variera en fonction de l’âge de votre enfant. Un enfant qui entre en maternelle aura besoin d’une préparation différente de celle de l’adolescent qui entre en première ou dernière année de lycée. Même le choix de la nouvelle garde-robe d’automne sera différent selon l’âge. (Vous aurez davantage votre mot à dire avec l’enfant de six ans qu’avec celui de seize ans – pour de nombreux parents, ce n’est pas un secret).

Ensuite, il y a les fournitures. Renseignez-vous à l’avance sur les fournitures scolaires dont ont besoin les enseignants de votre enfant et l’école. N’oubliez pas d’inclure l’équipement sportif et les autres fournitures indispensables pour les activités extrascolaires. Les élèves du secondaire auront besoin de classeurs et de sacs à dos. (Certaines écoles n’autorisent pas les sacs à dos, vous aurez besoin de cette information.) Renseignez-vous également sur le type d’équipement technologique nécessaire pour l’année scolaire de votre enfant, comme une calculette scientifique. Familiarisez-vous avec les fournitures de l’école en question.

Les enfants aborderont une nouvelle expérience scolaire avec plus de confiance lorsqu’ils auront le sentiment d’avoir ce dont ils ont besoin. Si votre enfant ne sait pas ce qui est requis, vous pouvez appeler l’école pour le savoir. En général, le personnel sera disponible pour aider pendant l’été.

Pour éviter une transition brutale, pensez à adapter la routine de la maison aux nouvelles exigences de la routine de l’école. Tous les enfants bénéficient d’une certaine cohérence, et ils s’en sortiront mieux s’ils ne passent pas directement des règles de l’été à celles de l’école, comme le changement de l’heure du coucher et du temps libre. Vous pouvez les aider à s’habituer à leur nouvel emploi du temps (encore une fois, en fonction de leur âge et de leur capacité d’adaptation) en leur faisant expérimenter le nouvel emploi du temps quelques jours avant la rentrée scolaire. S’il résiste à l’idée de le faire, comme c’est le cas pour les plus grands, le fait de lui parler des attentes peut également constituer une préparation efficace.

Deuxième conseil : communiquer sur l’expérience de la rentrée de votre enfant aide à réduire l’anxiété. (Secret : parlez-en avant que cela n’arrive – et après aussi).

La communication aide à préparer votre jeune élève à la transition vers le retour à l’école. Avec les enfants qui ont vécu cette expérience dans le passé, discutez de ce qui les a aidés à se sentir bien dans leur peau, ainsi que de ce qui a rendu l’expérience agréable. Avec les plus petits, vous pouvez inventer des histoires avec des situations scolaires qui créent des idées de conversation. Vous pouvez essayer de jouer des scènes avec des marionnettes, de lire des livres sur le thème de l’école, de regarder des émissions de télévision ou des films sur le thème de l’école. Vous pouvez même essayer de raconter une expérience positive de votre enfance à l’école. (Les jeunes enfants adorent les histoires dont le héros ou l’héroïne est comme eux. Essayez d’inventer un personnage parallèle qui peut se frayer un chemin à travers une transition scolaire difficile).

Veillez à discuter de l’événement à venir avant le début de l’école. Vous pouvez demander à votre enfant de vous dire comment il pense que l’école sera. Qu’a-t-il entendu sur le nouvel enseignant ? Y a-t-il quelque chose qui l’inquiète ? Cela fait partie d’un processus au cours duquel l’enfant peut commencer à signaler tout problème, ou le parent peut écouter les préoccupations que l’enfant n’est pas en mesure d’identifier. Au fur et à mesure que les problèmes sont révélés, vous pouvez passer en revue les options d’adaptation avec votre enfant. Ce type de « répétition » constitue une préparation permanente à la gestion de l’école et des autres événements de la vie réelle.

Il arrive qu’un enfant revienne du premier ou du deuxième jour avec un commentaire tel que « Je n’aime pas mon professeur » ou « Je ne veux plus y aller ». La gestion de ce genre de commentaires dépend également de l’âge de l’enfant. Les petits ont besoin d’entendre que « tu dois y aller ». (Les enfants plus âgés le savent, mais peuvent aussi avoir besoin de l’entendre.) Faites suivre ce type de déclaration de quelques questions sur ce qui se passe et sur la façon dont vous pouvez aider. S’il y a un problème réel dans la classe ou à l’école, parlez-en à l’école. Encouragez votre enfant à croire que les choses s’améliorent généralement et qu’il s’habituera à la nouvelle routine.

Troisième conseil : Favoriser la résilience de votre enfant cet automne rendra la transition plus facile l’automne prochain. (Secret : Et tout au long de l’année… et de sa vie).

La résilience est la capacité à faire face aux changements et aux difficultés, ainsi qu’à se construire une vie épanouie. La rentrée des classes apporte de nombreux changements, en fonction de l’âge de l’enfant et de sa capacité d’adaptation. Certains changements, comme le déménagement d’anciens amis, des changements dans le cadre scolaire, une nouvelle école, un nouveau professeur et/ou de nouvelles règles, peuvent être difficiles pour certains. Cependant, il est possible de développer la résilience nécessaire pour s’adapter aux changements. Parlez à votre enfant de ce qui pourrait arriver, ou de ce qui est actuellement à portée de main. Passez en revue les idées que votre enfant a sur la façon de gérer ces changements et sur la façon de rendre l’expérience scolaire satisfaisante.

Continuez à donner à votre enfant la possibilité de vous parler de ses préoccupations scolaires. Offrez des occasions de discuter de la façon dont les expériences scolaires se sont déroulées. (Cherchez des occasions de souligner à quel point votre enfant a bien géré une situation qui l’inquiétait. Normalisez les inquiétudes en rassurant votre enfant sur le fait que tout le monde éprouve des sentiments lorsqu’il commence quelque chose de nouveau. Avec l’école, il y a de nouvelles expériences tout au long du parcours, même après que la nouvelle routine scolaire soit établie).

Continuez à vous concentrer sur la capacité de votre enfant à résoudre des problèmes. Reprenez les conversations que vous avez eues dans le passé (même hier !) sur les options. Parlez des choix qu’il a faits. Comment les choses se sont-elles passées ? Ferait-il la même chose la prochaine fois ? Pourquoi ou pourquoi pas ?

La croissance se construit en spirale. En examinant ce qui a fonctionné dans le passé et en réfléchissant à ce qu’il faut faire dans le présent et l’avenir, vous aidez votre enfant à développer les ressources intérieures nécessaires pour faire face. Votre intérêt et votre attention serviront également d’inspiration et de nourriture psychologique pour le développement de la résilience de votre fils ou de votre fille.

Quatrième conseil : Prêter attention aux problèmes potentiels et réels aide les enfants et les adolescents à développer leurs capacités d’adaptation. (Secret : et apprendre en même temps à gérer les émotions).

Le retour à l’école, même si l’enfant est scolarisé à domicile, représente une transition normale avec une variété de problèmes qui doivent être résolus de manière adaptée à l’âge de l’enfant. Gardez à l’esprit que les transitions normales (et pas seulement les transitions inhabituelles) suscitent des émotions normales, ainsi que le besoin de compétences en matière de résolution de problèmes et d’adaptation. De nombreux adultes ont appris à éviter de faire face à leurs émotions, mais les affronter est un outil important pour résoudre les problèmes.
L’automne est une période où vous pouvez aider votre enfant à augmenter sa panoplie d’outils d’adaptation et à renforcer sa capacité à faire face à ses sentiments. (Rappelez-vous qu’il est normal d’affronter ses sentiments et d’en parler).

Rassurez votre enfant en lui disant que les sentiments liés au retour à l’école sont normaux et qu’on peut en parler. (Tous, même ceux dont il n’est pas fier) Si votre enfant a déjà vécu la transition de la rentrée scolaire, rappelez-lui sa capacité passée à s’adapter et à faire face à des problèmes spécifiques. Si votre enfant va à l’école pour la première fois, parlez des autres problèmes qu’il a gérés dans des situations précédentes et généralisez son succès à cette nouvelle situation. Soulignez les qualités de votre enfant qui l’ont aidé à gérer ces sentiments et ces situations antérieures. S’il pense qu’il n’a pas bien géré une situation, revenez à l’examen des options pour gérer un événement similaire à l’avenir.

Soyez conscient des autres problèmes que votre enfant et/ou d’autres membres de la famille peuvent rencontrer. Ils peuvent avoir un impact sur la façon dont votre enfant envisage son retour à l’école.

Cinquième conseil : S’équiper de connaissances sur la nature du stress. (Secret : le stress n’est pas un gros mot. Des situations normales et prévisibles provoquent du stress).

Nous savons que les situations traumatiques provoquent une réaction de stress. Cependant, les situations normales peuvent aussi produire du stress. Soyez attentif au stress chez votre enfant. (Et en vous-même.)

Soyez conscient des signes de stress tels que :
Des changements dans les habitudes de sommeil, des changements dans les habitudes alimentaires (y compris l’absence ou l’augmentation de l’appétit), une mauvaise humeur, une perte d’intérêt pour les choses amusantes habituelles, l’irritabilité, des comportements agressifs (en particulier, mais pas seulement, chez les enfants plus âgés), des changements dans les comportements habituels (l’agitation, en particulier, mais pas seulement, chez les petits), une augmentation de l’impolitesse, et tout ce qui indique un changement par rapport à la norme pour votre enfant.

Il peut être utile de se rappeler que les pensées jouent un rôle important dans le niveau de stress d’une personne. Si vous remarquez l’un des signes ci-dessus (y compris des éléments non mentionnés que vous considérez comme liés au stress chez votre propre enfant), considérez que l’enfant a peut-être des pensées anxieuses à propos de la rentrée scolaire. (Ou à d’autres choses qui se passent dans son environnement plus large et qui peuvent avoir une incidence sur ses inquiétudes concernant l’école).

Cherchez les occasions d’entamer une conversation avec votre enfant sur ce qui le préoccupe. S’il y a des problèmes financiers, situationnels ou de santé à la maison ou dans le réseau familial élargi, ils peuvent affecter la façon dont l’enfant envisage l’école. Le stress fonctionne ainsi. Il peut être nécessaire d’aborder ces préoccupations connexes. Votre enfant et/ou d’autres membres de la famille peuvent même avoir besoin d’une aide extérieure pour résoudre certains problèmes afin d’améliorer le confort de votre enfant (et peut-être celui de tout le monde). (Un enfant se porte mieux lorsque ses proches se portent bien).

En général, un enfant sera moins stressé lorsque l’environnement familial est cohérent et prévisible. Cependant, la vie nous réserve toujours des problèmes qu’il faut résoudre. Vérifiez votre propre quotient de résilience. (La façon dont vous faites face à la situation aura une incidence sur la capacité de votre enfant à y faire face.) La résolution efficace des problèmes permet de maintenir un environnement prévisible, ce qui optimise la capacité de votre enfant à gérer son expérience de la rentrée scolaire.

Sixième conseil : La rentrée des classes n’est pas un événement unique. (Ce n’est pas vraiment un secret : votre enfant retourne à l’école la plupart des jours de la semaine !)

Les débuts sont très importants. Ils préparent le terrain pour la dynamique à venir. Si le grand moment de la rentrée des classes n’a lieu qu’une fois par an, il y a de nombreux retours, par exemple après les vacances, après une maladie ou même au quotidien. L’utilisation de ces conseils à tout moment peut aider à renforcer la capacité de votre enfant à s’adapter aux changements de routine à l’école, à la maison ou dans la vie.

Voici une idée que vous pourriez essayer : Considérez ces conseils de « rentrée des classes » comme des conseils de retour à l’essentiel. Chaque fois que votre enfant doit faire face à quelque chose de nouveau ou de difficile, vous pouvez utiliser ces idées. L’augmentation de la résilience de votre enfant vous rendra la vie plus facile à vous aussi. Ce sont des conseils polyvalents, utiles en toute occasion. (Pour votre information, ils peuvent également être utiles aux adultes !)